Cela aurait pu être pire

Pour cette consigne, il fallait s’appuyer sur une nouvelle d’une phrase et en écrire 10 versions différentes. Voici la phrase initiale :

J’étais parvenu à empêcher les deux gars de me voler mon portable – auquel je m’agrippais fermement et que je venais de sortir de mon sac pour prévenir mon patron de mon retard – mais je n’avais pu éviter le vol de mon portefeuille ; heureusement je pouvais toujours appeler la police.

Types de narrateur :

1 – Rapproché
Sans réseau dans le métro, impossible de prévenir mon patron de mon retard. Une fois dehors, j’ai pris mon téléphone. Deux gars ont surgi pour le voler, j’ai crié, mais je m’y suis accrochée fermement mettant à mal leur entreprise. Les voyant partir en riant, j’ai fouillé mon sac : mon portefeuille n’y était plus. Adieu papiers, carte bleue et chéquier. Maigre consolation : je pouvais toujours appeler mon patron… et la police.

2 – Distancié
Les gens devraient arrêter de tenter les voleurs avec leur portable…
Ce matin encore, une femme avait le sien à la main quand deux gars ont surgi et tenté de lui voler. Elle a poussé un grand cri, mais ne l’a pas lâché. Ils sont partis sans l’objet mais avec le sourire.
Elle a fouillé son sac et a eu l’air désappointé. Ils ont dû lui prendre quelque chose…
En tout cas, elle pouvait toujours appeler la Police.

3 – Ignorant
J’entends des cris ; je tourne la tête.
Je vois deux gars s’enfuir en souriant, et une femme semblant regarder dans son sac.
Je ne sais pas s’ils lui ont volé quelque chose, mais c’était pas son portable ; elle l’avait à la main.

4 – Omniscient
A son allure rapide, j’ai compris qu’elle voulait prévenir de son retard.
Portable en main, elle s’apprêtait à le faire quand deux gars ont surgi pour lui voler.
Elle a crié, s’est agrippée à l’objet sans remarquer qu’un des gars avait la main dans son sac. Quand ils sont partis avec le sourire, elle s’est aperçu que son portefeuille avait disparu.
Sa seule consolation, c’est qu’elle pouvait toujours appeler la police.

5 – Principal, en colère
J’étais en retard et j’ai horreur de ça ! En plus, sans réseau dans le métro, je ne pouvais pas prévenir mon patron… La journée commençait mal !
Une fois dehors, j’ai pris mon portable, mais deux gars ont voulu me le voler. Là j’ai eu une poussée d’adrénaline : « Alors là, vous pouvez toujours rêvez, espèce de p’tits c… ! ».
Ils sont partis mais comme ils riaient, j’ai fouillé mon sac et ma colère est montée d’un cran : mon portefeuille avait disparu ! J’étais verte…
Ma fureur était à son comble quand j’ai pris mon foutu portable pour appeler la police.

6 – Secondaire, moqueur
Elle, c’est sûr, elle aurait mieux fait de rester couchée.
C’était drôle de la voir sortir en trombe du métro. Elle marchait vite, fulminait en ouvrant son sac et tremblait en en sortant son portable.
Quand deux gars ont surgi pour lui voler, elle a hurlé comme une folle en s’agrippant à l’objet comme si sa vie en dépendait. Ils sont partis sans son portable mais avec un grand sourire…et son portefeuille ! La tête qu’elle a fait quand elle a compris ! J’ai bien cru qu’elle allait faire une syncope !
Pourtant, elle pouvait s’estimer heureuse : il lui restait quand même son portable !

7 – Poétique
Il me fallait téléphoner, pour de mon retard m’excuser.
Mon sac à main alors j’ouvris, et mon téléphone je pris.
C’est là que deux gars ont surgi, et que je poussai de grands cris,
Tout en m’agrippant à l’objet, qu’ils souhaitaient me dérober.

Ils voulaient voler mon portable, mais ils en furent bien incapables,
Pourtant c’est le sourire aux lèvres, qu’ils détalèrent comme des lièvres.
C’est alors que j’ai eu un flash, sur les intentions des deux lâches ;
Fébrile je fouillai dans mon sac, et vérifiai mon bric-à-brac :
Disparu mon vieux portefeuille, dont il me fallut faire le deuil.

Me restaient mes yeux pour pleurer et la police à appeler.

8 – Optimiste
Sans réseau dans le métro, je n’ai pas pu prévenir mon patron de mon retard. Pas grave, il comprendra !
Arrivée dehors, j’ai ouvert mon sac pour prendre mon portable. C’est là que deux gars ont tenté de me le voler. Heureusement, je n’ai pas lâché l’objet…
Pourtant ils souriaient quand ils sont partis ; alors j’ai fouillé mon sac : plus de portefeuille !
Par chance, j’avais toujours mon téléphone pour appeler la police.

9 – Manquant d’assurance
Sans réseau dans le métro, je n’ai pas pu prévenir mon patron de mon retard. Pourvu qu’il comprenne ! Arrivée dehors, j’ai pris mon portable pour m’excuser. Soudain deux gars ont surgi pour me le voler et je ne sais pas comment j’ai fait – la chance certainement – mais j’ai réussi à les en empêcher.
C’est quand ils sont partis en souriant que j’ai compris que je m’étais encore fait avoir.
J’ai fouillé dans mon sac : plus de portefeuille !
J’ai appelé la police, mais j’ai eu l’impression qu’elle ne me croyait pas.

10 – Focalisation : le téléphone
Léa râlait après moi parce « je ne passe pas » dans le métro et qu’elle n’avait pas pu prévenir son patron de son retard.
Arrivée dehors, elle m’a sorti du sac dans lequel elle m’avait remisé et m’a pris entre ses doigts fins et caressants. J’étais trop bien !
Soudain, une grosse pogne a surgi pour m’attraper, et Léa s’est agrippée à moi avec tant de force que j’ai tremblé de toute ma coque. J’ai bien failli boguer ! Mais elle n’a rien lâché et la vilaine paluche est partie sans m’emporter.
Bon, elle a quand même pris mon pote, le portefeuille ! Mais grâce à moi Léa a pu appeler la police !

© Jos Gonçalves le 29 janvier 2019

Ce contenu a été publié dans Accueil, Publications L'Esprit Livre, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *