Entre ciel et terre

ENTRE CIEL ET TERRE est mon deuxième roman. Je l’ai édité en juin 2017 !

Laetitia, décide d’enquêter sur l’accident qui a provoqué le coma de sa mère tandis que cette dernière repense aux événements qui l’ont menée à ce drame.

Tout au long de ce roman à deux voix, mère et fille doivent apprendre à communiquer sans se parler.

L’interaction et l’évolution des deux femmes guideront Laetitia jusqu’à la clé de l’énigme, mais Hélène parviendra-t-elle à sortir de son état végétatif ?


A mi-chemin entre policier et thriller, ce récit palpitant, jalonné de rebondissements et de coups de théâtre, capte l’attention du lecteur jusqu’à son dénouement.

 


Comment est né « Entre ciel et terre » ?

« Entre ciel et terre » est mon deuxième roman. J’en ai commencé l’écriture en 2014, soit deux ans après la parution de « Les bras sans montre ».

L’idée principale me trottait dans la tête depuis quelques semaines déjà et le fil conducteur de l’histoire était clair dans mon esprit. J’avais rédigé quelques pages – vraiment très peu – et puis … plus rien ! La procrastination me tétanisait !
Etait-ce la conscience d’écrire pour être lu – que je n’avais pas pour le premier – qui me mettait la pression ? Ou la peur de faire moins bien et de décevoir ?

Je commençais à croire que l’aventure allait être écourtée quand j’ai découvert le MOOC « Ecrire une fiction » de David Meulemans, produit par Draftquest via la plateforme Neodemia.

Si je connaissais déjà l’existence de ces « cours en ligne ouverts aux masses », l’objectif de celui-ci attisa tout particulièrement mon intérêt : permettre aux participants de rédiger en 8 semaines un premier jet de roman. Par le biais de vidéos présentées chaque samedi, les points suivants devaient être abordés :

1. La procrastination
2. L’improvisation
3. L’histoire
4. Les scènes
5. Les personnages
6. La narration
7. Les genres
8. La critique

A la lecture du programme, je compris aussitôt que ce MOOC était fait pour moi et sans hésitation je me suis lancée dans l’aventure.
Grâce aux précieux conseils de David, à ses maximes quotidiennes et avisées, et aux outils mis à ma disposition pour interagir avec les autres participants, ma plume s’est à nouveau libérée.

Durant cette période, je me suis attelée aux exercices hebdomadaires – souvent soumis à l’ensemble de la communauté du cours – et me suis attachée à écrire tous les jours…

Le MOOC a tenu ses promesses – merci David Meulemans – et à la fin des 8 semaines, l’objectif était atteint : le premier jet de « Entre ciel et terre » était finalisé !

Bien sûr le plus gros du travail restait à faire, celui de la relecture et de la réécriture. Cette étape primordiale m’a permis d’alléger le texte en faisant des coupes (un vrai crève-cœur !) ou des modifications radicales et de corriger le style en détail en faisant la chasse au adverbes et adjectifs inutiles. Elle a été longue, fastidieuse mais nécessaire.

Fin 2015 mon roman était terminé. Restait à l’éditer ! Je l’ai donc tout naturellement envoyé à l’éditeur de mon premier roman qui a accepté de le publier après passage en comité de lecture. Pourtant, si je ne peux pas dire que je suis mécontente de sa prestation, force est de constater que les exemplaires de « Les bras sans montre » qui ont été vendus, l’ont été par mes propres moyens.

La question de l’intérêt de passer par l’intermédiaire d’une maison d’édition s’est donc posée. J’ai donc tenté ma chance auprès des maisons d’édition « traditionnelles »; sans succès malheureusement… Et un an après j’en étais au même stade.

Je ne me suis néanmoins pas découragée et après un moment d’hésitation j’ai décidé de l’éditer par mes propres moyens.

J’ai fait la demande d’ISBN auprès de l’AFNIL, transformé mon texte au format livre, trouvé une photo, et « fabriqué » – avec l’aide d’Anne-Marie que je remercie ici – une couverture et une quatrième de couverture au gabarit adéquat. Enfin, j’ai envoyé le document ainsi finalisé à une imprimerie (Merci à Philippe et Aline !)…et une semaine après, mon second « bébé » m’était livré !

Alors bien sûr, s’éditer soi-même a ses contraintes. Je dois parler de mon livre autour de moi et surtout trouver un moyen de distribution. Vous pouvez me le commander par mail en allant sur ma page contact

Jos Gonçalves

Ce contenu a été publié dans Accueil, Mes publications, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *