Histoire de changer d’air

Il parait qu’il faut parfois changer d’air.
Moi je veux bien…
Mais ce n’est pas aussi facile que ça en a l’air!
Tenez, un jour ma femme m’a dit :
« T’as une petite mine ce matin ! Un drôle d’air !
Un drôle d’air ?
Qu’est-ce qu’elle me chante là ?
Ça a l’air de quoi… « un drôle d’air » ?
Sans en avoir l’air, j’ai jeté un coup d’œil dans le miroir.
Pour mirer l’image de mon air…
Eh bien… Je n’ai rien vu de drôle à mon air.
Au contraire… Il avait l’air ordinaire…
J’ai regardé ma femme d’un air interrogatif …
Et suis sorti au grand air…
Prendre un bon bol d’air…
Parce-que, sous ses faux airs, l’air frais du matin, c’est un air qui fait du bien !
Et puis, je voulais me distraire et chercher de quoi j’avais l’air…
Dans la rue, les gens avaient l’air pressé.
Normal ! Ils avaient tant à faire…
Moi je me promenais, comme ça, mains dans les poches et tête en l’air.
L’air qu’on a quand on erre…
Cela n’avait pas l’air de leur plaire…
Ça les a même mis en colère.
Je me suis dit :
« Tu exagères ! Il ne faudrait pas que ça dégénère ! »
Du coup j’ai voulu prendre un air contrit…
Mais la seule chose que j’ai pu faire… C’est d’avoir l’air d’un fou…
J’ai haussé les épaules  en me disant que ce n’était pas grave…
Puisque je n’avais pas l’air de ce que j’étais !
Quand même !
Fallait que j’essaie d’avoir l’air intelligent…
J’ai continué à marcher tranquillement.
L’air ailleurs…
Il y avait des airs bien différents parmi tous ces gens.
Y en avait même qu’avaient un air de famille…
Cela m’a donné envie d’avoir l’air de quelqu’un…
Après tout, c’était de bonne guerre !
Alors j’ai multiplié les airs…
J’en ai aspiré une grande bouffée …
Et je me suis lancé.
J’ai pris l’air concentré d’un homme dans les affaires…
Et un air de grandeur face à un gars vulgaire.
J’ai eu l’air dégouté devant un croissant à l’air pas frais.
Et l’air de ne pas y toucher en reluquant une coquine qui ne manquait pas d’air…
J’ai adopté un air attendri en regardant un enfant à l’air rêveur.
Et un air débonnaire en voyant une petite vieille qui avait l’air d’être d’une autre ère.
Elle était au moins centenaire, mémère !
Et chantonnait des airs d’un autre temps…
C’est peut-être pour ça que j’ai manqué d’air…
Et que je suis devenu tout vert…
L’air bizarre…
J’ai pensé « faut que je me mette au vert » !
Et je suis retourné à la maison…
Tout simplement…L’air de rien…
En arrivant je n’avais plus mon drôle d’air mais j’étais loin d’avoir l’air malin.
Pire !
J’avais tout l’air d’un con…
C’est là que ma femme m’a dit :
« Tu n’as pas l’air d’aller mieux toi ! Demain on va à la mer, respirer l’air marin… ».

Depuis je ne me demande plus de quoi j’ai l’air.
C’est beaucoup trop galère !
Et quand je veux savoir si l’air est meilleur ailleurs, je pars à la mer avec ma femme…
Juste histoire de changer d’air.

©Jos Gonçalves – le 9 mai 2019

Nb : Petit clin d’œil à Raymond DEVOS – « Ca peut se dire, ça ne peut pas se faire« 

Ce contenu a été publié dans Publications L'Esprit Livre, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *