Tartuffe, un escroc moderne (Version épurée – Usage de l’ellipse.)

Quelle belle soirée ! Rire, détente, et complicité leur avaient fait perdre la notion du temps. Pourtant la fatigue les avait rattrapés et obligés à rentrer.
Arrivés devant chez eux, changement d’ambiance. Leur Mercédès et leur allégresse disparurent.  Adieu Morphée, bonjour Némésis, allo police !

Dans les rues ils cherchèrent leur carrosse. Peine perdue…

Le lendemain, bonne surprise : leur voiture était là, un billet sur le pare-brise.

« Chère Madame, Cher Monsieur,
Ma femme, enceinte de huit mois, a accouché hier alors que mon véhicule est chez le garagiste depuis une semaine. Cet heureux évènement – qui vous le conviendrez ne souffrait aucun retard – nous a contraint et forcé à « emprunter » votre voiture.
C’est avec mes plus vifs remerciements que je vous la rends aujourd’hui et que je me permets de vous offrir ces deux places de théâtre en dédommagement du désagrément que vous avez subi.
Ma femme, mon bébé et moi vous souhaitons un bon divertissement. »

Bouches bées et regards hébétés. Argument accepté, colère évaporée. Incident classé.

Arriva le jour de la représentation. « Tartuffe » de Molière ! Ils apprécièrent l’instant magique, le prolongèrent d’un diner. Sujets de discussion ? La beauté de l’endroit, de l’œuvre, du décor, du jeu des acteurs ; la crédulité d’Orgon, l’intelligence et l’habileté de Tartuffe… Ils devisèrent ainsi jusqu’à leur retour chez eux.

Là, ils assistèrent au dernier acte inédit de la pièce, le retournement de situation. La porte de leur maison avait été fracturée, les meubles vidés. Sur le mur, un mot griffonné de l’écriture de « l’emprunteur » de leur voiture : « Nous espérons que vous avez aimé la pièce. »

Colère et déception ! Pensée pour Orgon. Allo police !

 

© Jos Gonçalves le 16 janvier 2019

Version initiale de « Tartuffe, un escroc moderne »

 

Ce contenu a été publié dans Accueil, Publications L'Esprit Livre, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *